Changer la Chambre de l’intérieur

Created by
Ben Beckett
Created
lundi 26 novembre 2018
Categories
Chapô
La gauche s’interroge sur la manière dont Alexandria Ocasio-Cortez va exercer son mandat. En participant à une manifestation dans le bureau de Nancy Pelosi, chef du groupe des Démocrates à la Chambre des représentants (l’assemblée nationale des Etats-Unis), et en se montrant déterminée contre l'installation d’Amazon à New York, elle prend un bon départ.

La question de savoir comment les socialistes devraient se comporter une fois au pouvoir est un débat qui agite la gauche depuis longtemps. Le style nouveau et sincère d'Alexandria Ocasio-Cortez détonne en tant qu’élue de gauche et repose la question sous un nouvel angle. Il est beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions sur le mandat d'Ocasio-Cortez puisqu’elle ne commence pas officiellement avant deux mois. Néanmoins, étant donné ses actions dans la première semaine suivant son élection, même ceux qui à gauche doutent d’elle doivent reconnaître son mérite.

Il y a quelques jours, Ocasio-Cortez a admis qu'elle n’avait pas les moyens d’obtenir un appartement à Washington D.C. avant de toucher son premier salaire de députée. Une déclaration qui en dit long sur la manière dont l'appartenance à une certaine classe sociale détermine qui a les moyens de se présenter aux élections (sans parler de la crise du logement à Washington). Le patrimoine médian d'un membre de la Chambre des représentants était au minimum de 790 000 euros en 2015.

Plus important encore, pour sa première journée au Parlement, Ocasio-Cortez a participé à une manifestation illégale dans le bureau de Nancy Pelosi, prétendante au poste de présidente de la Chambre des représentants, afin de réclamer la mise en place d’une législation sérieuse contre le réchauffement climatique.

La rhétorique d’Ocasio-Cortez est restée soigneusement mesurée, sans critique trop directe de Pelosi. « Nous devons lui dire que nous sommes là pour l’aider à soutenir et à défendre le programme énergétique le plus progressiste que ce pays ait jamais vu », a déclaré Ocasio-Cortez au sujet de Pelosi, avant de toper dans les mains des manifestants. Elle a également dit que la question du changement climatique « est continuellement reportée d'une session à l'autre et qu'il est donc nécessaire de créer un élan afin qu’elle s’impose comme une priorité pour les dirigeants ».

Ocasio-Cortez a préparé un amendement proposant que les députés démocrates créent une nouvelle commission chargée de rédiger d’ici 2020 un véritable « New Deal vert » [NDT: en référence au New Deal, politique interventionniste de régulation financière et de redistribution qui a permis aux États-Unis de sortir de la crise des années 1930]. Cette loi pourrait créer un programme d'emplois publics et permettre au pays de passer aux énergies renouvelables. Fait significatif, l’amendement d’Ocasio-Cortez exige qu'aucun membre du Congrès (de l'un ou l'autre parti) qui accepte des dons de l'industrie des combustibles fossiles ne soit autorisé à siéger à la commission.

Alors que la première partie de la proposition de loi est en théorie facile à faire accepter par presque tous les démocrates, la deuxième partie, en désignant un ennemi spécifique, force la direction du parti à choisir un camp : gros donateurs ou victimes du changement climatique ?

Indépendamment de ces exigences spécifiques, qui seront forcément limitées par les règles de fonctionnement de la Chambre, la volonté d'Ocasio-Cortez de s’afficher aux côtés des manifestants d'un groupe peu connu à l’intérieur des bureaux de la direction de son propre camp, et avant même d'avoir prêté serment, indique qu'elle est prête non seulement à faire fi du protocole et à s'en prendre aux dirigeants démocrates, mais à utiliser son bureau comme centre d’organisation pour les causes progressistes.

Ocasio-Cortez est également montée au front face à l'establishment démocrate de New York en adoptant une position combative contre le plan annoncé par Amazon de déplacer 25 000 travailleurs hautement rémunérés dans le Queens, quartier de New York. En cela, Ocasio-Cortez se joint à Lee Carter, un autre socialiste, pour remettre en question le modèle de développement économique fondé sur les crédits d’impôts aux grandes entreprises.

Pratiquement tous les responsables politiques new-yorkais de premier plan ont signé une lettre encourageant Amazon à s'installer dans la ville en 2017 en échange de contreparties fiscales. Même si quelques-uns ont ensuite fait marche arrière, la plupart, dont le gouverneur Andrew Cuomo et le maire Bill de Blasio, continuent de soutenir cet accord avec enthousiasme, tout en ignorant les inquiétudes dues au manque de consultation de la population locale.

En établissant un lien direct entre les cadeaux consentis aux entreprises et le manque de financement pour les projets publics, Ocasio-Cortez a tweeté : « Amazon est une entreprise d'un milliard de dollars. L'idée qu'elle bénéficiera de centaines de millions de dollars d’exonérations fiscales à un moment où notre métro tombe en ruine et où nos collectivités ont besoin de PLUS d'investissements, plutôt que d’économies, est extrêmement préoccupante pour les habitants d'ici. »

En réalité, entre les exonérations accordées par l'État de New York et celles de la ville, Amazon pourrait obtenir jusqu'à 3 milliards de dollars de fonds publics. Une fois officiellement en poste, Ocasio-Cortez représentera les quartiers ouvriers directement voisins du site proposé pour accueillir les nouveaux bureaux d’Amazon à Long Island City .

Qu’il s’agisse de sa demande d'exclure des décisions qui touchent au climat les députés qui touchent de l’argent de la part des industries des énergies fossiles, ou de sa campagne électorale, Ocasio-Cortez met en évidence le lien direct qui existe entre les riches et les puissants et la condition des gens ordinaires. Ocasio-Cortez n'a cessé de formuler les problèmes en termes de classe, soulignant á plusieurs reprises que les riches sont riches parce que les pauvres sont pauvres, que les gens normaux souffrent à cause des actions des capitalistes. Ce faisant, elle contribue à la conscience de classe bien plus que la plupart des Démocrates, à l'exception de Bernie Sanders.

En soutenant les sit-in dans les bureaux de son propre parti au Parlement, elle démontre qu'elle comprend la nécessité d'une mobilisation populaire constante en parallèle du pouvoir législatif. Bien que nous ne puissions pas savoir quelle voie Ocasio-Cortez suivra une fois qu’elle sera confrontée à toutes les pressions institutionnelles du Parti démocrate, la gauche devrait se réjouir de ses premiers pas – et l'encourager à aller plus loin.

 

Ben Beckett, délégué syndical à New York City


Article initialement paru dans Jacobin, 14 novembre 2018. Traduction Europe insoumise.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
Crédit photo
Photo: Mark Dillman / Wikimedia Commons
Top