La Suède a un taux d'imposition de 70 % et s'en porte très bien !

Created by
Matt Bruenig
Created
samedi 12 janvier 2019
Categories
Chapô
Alexandria Ocasio-Cortez a semé la panique chez les conservateurs et les centristes en proposant de porter à 70 % le taux marginal d'imposition. Pourtant, l'exemple de la Suède montre que pressurer les riches est bien la meilleure chose à faire.

Un article de Matt Bruenig, publié dans le magazine Jacobin et traduit par notre équipe.

Alexandria Ocasio-Cortez, nouvellement élue au Congrès américain, a récemment proposé de monter à 70 % le taux d'imposition de la dernière tranche d'impôts afin de financer les investissements dans le domaine du changement climatique. Cette proposition a consterné les conservateurs, tandis que libéraux et autres gens de gauche l'ont généralement défendue, soulignant le fait que les taux d'imposition les plus élevés aux États-Unis étaient autrefois de 91 % et mettant en avant les études fiscales qui montrent que l'idéal est d'avoir des taux de cet ordre (voire même plus élevés).

Mais pour l'instant, la discussion oublie de mentionner une chose, c'est qu'on peut trouver des exemples d'un taux d'imposition maximal de 70 %, pas simplement dans les codes fiscaux américains des années 50 ou dans des documents universitaires, mais bien dans le monde réel à l'heure actuelle. La Suède a en effet un taux marginal d'imposition de 70 %, et celui-ci s'applique non pas à partir d'un revenu annuel de 10 millions de dollars comme le propose Alexandria Ocasio-Cortez, mais à partir d’environ 98 000 dollars. La proposition d'Ocasio-Cortez reste donc assez modeste en comparaison.

Selon l'OCDE, les travailleurs célibataires suédois qui gagnent plus de 867 000 couronnes suédoises par an (environ 98 000 dollars au taux de change en vigueur) sont soumis à un taux marginal d'imposition forfaitaire de 70 % sur toutes les rémunérations du travail supérieures à ce seuil. Le graphique ci-dessous décompose ce taux marginal forfaitaire en trois parties et montre combien il reste pour le salaire net :

1ère colonne : impôts sur le revenu centralisés
2e colonne : impôts locaux
3e colonne : prélèvements sur le salaire (cotisations salariales)
4e colonne : salaire net

La plupart des experts américains ne vont pas voir ce qui se fait à l'étranger quand ils débattent de ces questions. Et ceux qui le font se trompent souvent sur les chiffres. La bonne façon de mesurer la fiscalité du travail est d'utiliser ce qu'on appelle le coin fiscal marginal. En voici la formule :

Impôts = Impôt sur le revenu des personnes physiques + Cotisations salariales + Cotisations patronales
Coût fiscal de la main d’oeuvre = Salaires bruts + Cotisations patronales
Coin Fiscal Marginal = Impôts / Coût de la main d'œuvre

Ceux qui font des comparaisons d'un pays à l'autre omettent souvent de tenir compte de la taxe sur la masse salariale payée par l'employeur (cotisation patronale), ce qui sous-estime considérablement les taux d'imposition de pays comme la Suède, qui dépendent fortement de ce type d'impôt. Mais malgré son nom, cet impôt est au bout du compte versé pour les travailleurs et, par conséquent, il doit être comptabilisé au même titre que l'impôt sur le revenu des particuliers lorsqu'il s'agit de mesurer le niveau d'imposition d'une unité de travail.

L'application d'un taux d'imposition de 70 % apparait donc beaucoup moins chimérique qu'on ne l'imagine. La Suède n'est pas parfaite, mais c'est un pays prospère au revenu élevé où les gens ordinaires ont un meilleur niveau de vie que leurs pairs américains.

Matt Bruenig

Traduction Europe Insoumise. Retrouvez ici l'article original publié surJacobin, que nous remercions chaleureusement de nous avoir autorisés à le traduire.
Photo : Luc De Leeuw (Creative Commons BY NC SA)

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
Crédit photo
Photo : Luc De Leeuw (Creative Commons BY NC SA)
Top